Informations générales

Date de publication : 2014

Nombre de pages : 268 p.

Éditeur : L'Harmattan, Paris

 

Sommaire

Carnets de captivité (1943-1945) d’Émile Goué

Actes de la journée d’études "Émile Goué : le chaÎnon manquant"

• "L’horizon mirifique d’Émile Goué" par Damien Top                                 

• "La nécessité de l’émotion. À propos de la musique de chambre vocale d’Émile Goué" par Anthony Girard           

• "L’œuvre pianistique d’Émile Goué" par Diane Andersen                      

• "Analyse de Prélude, Choral et Fugue (1943) et Prélude, Aria et Final (1944) d’Émile Goué.

Entre héritage franckiste et modernité" par Philippe Malhaire 

• Un compositeur face au sacré : l’œuvre religieux d’Émile Goué par Catherine Massip

• "Le Troisième Quatuor à cordes (1945) d’Émile Goué ou la quintessence d’une pensée esthétique" par Philippe Gonin

• "Préhistoires (1943) d’Émile Goué" par Philippe Gordien         

• "Entretien avec Philippe Gordien" par Philippe Gonin

• "Entretien avec Bernard Goué" par Philippe Gonin

Store
Store
Store

Commentaire

Le compositeur Émile Goué laisse derrière lui une cinquantaine d’œuvres ainsi que plusieurs ouvrages théoriques sur l’écriture musicale. Après avoir reçu conseils et encouragements d’Albert Roussel dans les années 1930, il devient l’un des élèves particuliers de Charles Koechlin. Malheureusement, la Deuxième Guerre mondiale éclate : mobilisé, le compositeur prometteur est fait prisonnier. Sa captivité à l’Oflag XB dura de juillet 1940 à mai 1945 ; fragilisé par les conditions de détention, il décède un an et demi après sa libération. Les Carnets de captivité (1943-1945) de Goué, inédits dans leur intégralité, constituent la première partie de cet ouvrage. Ils ont été rédigés durant l’édification de l’esthétique gouéenne de la maturité et sont donc d’une importance capitale pour saisir la pensée de leur auteur. Goué ne construit pas qu’une doctrine compositionnelle, c’est également une doctrine de vie. Dans son œuvre, Goué propose une vision esthétique tout à fait singulière de la « musique française ». Le contrepoint et la forme dominent son corpus. Bach est son Maître absolu, musicalement et philosophiquement. Ses influences présentent des combinaisons atypiques : Debussy dans sa jeunesse, puis Franck, Bach, Beethoven, d’Indy, Roussel, Koechlin. C’est pour l’ensemble de ces raisons que le titre Chaînon manquant fut donné à la journée d’études du 22 mai 2013, tenue en Sorbonne, dont les Actes constituent la deuxième partie de cet ouvrage : l’approche artistique de Goué est manquante dans le maillage de la tradition française, à laquelle il appartient toutefois sans équivoque. Cet ouvrage contribue à la redécouverte importante dont Goué fait l’objet depuis les années 2000, et donne de nombreuses clefs indispensables pour pénétrer et comprendre l’œuvre gouéen.

« Voici un livre qui vous permettra de connaître Émile Goué, peut-être même mieux que nombreux autres compositeurs, car cet ouvrage, très documenté, contient notamment un bien très précieux : ses Carnets de captivité (écrits entre 1943 et 1945), d'une importance capitale pour saisir la pensée du compositeur, qui a composé une cinquantaine d'œuvres et écrits plusieurs ouvrages sur l'écriture musicale. […] Ce livre, passionnant et instructif sur les interrogations d'un compositeur, ses choix musicaux, sa contribution à la musique française, intéressera tous les curieux, ainsi vous, peut-être ?... »

site internet Piano Bleu

© 2019, Philippe Malhaire