Informations générales

Date de publication : 2011

Nombre de pages : 264 p.

Éditeur : L'Harmattan, Paris

Préface : Danièle Pistone

Postface : Véronique Alexandre Journeau

 

Sommaire

• "Redéfinir la polytonalité" par Philippe Malhaire

• "Combinaisons polytonales, pertonales et métatonales" par Franck Jedrzejewski

• "L’un et le multiple : la polytonalité dans la théorie musicale nord-américaine" par Marc Rigaudière        

• "Le procédé de stratification et de verticalisation chez le dernier Liszt : quelques pistes de réflexion" par Grégoire Caux                                    

• "La polytonalité dans l’œuvre de Charles Ives" par Max Noubel                

• "En blanc et noir : étude d’un paradigme singulier de polytonalité" par Mathias Roger 

• "La polytonalité dans l’œuvre de Stravinsky : conjectures et faits musicaux"

par Jean-Michel Court      

• "Un aperçu de la polytonalité dans l’œuvre d’Émile Goué" par Damien Top

• "Les harmonies polytonales dans la musique de films de John Williams : étude des ressources expressives de la polytonalité" par Jérôme Rossi   

• "Une approche de la polytonalité appliquée au jazz : l’exemple de Marc Copland" par Ludovic Florin

Store
Store
Store

Commentaire

La polytonalité est une des rares formes d’écriture musicale n’ayant été que très peu théorisée et, de surcroît, de manière très incomplète. Si le postulat de départ apparaît relativement simple, à savoir qu’« il y a polytonalité quand deux ou plusieurs tonalités sont entendues simultanément », cette démarche compositionnelle s’avère d’une rare complexité, aussi bien du point de vue théorique qu’analytique. L’objet de cet ouvrage, né de la journée d’études qui s’est déroulée le 9 février 2011 en Sorbonne, est de mieux percevoir les mécanismes inhérents à une écriture authentiquement polytonale en offrant au lecteur un panorama exceptionnellement riche d’enseignements et tout à fait inédit de ce procédé compositionnel : terminologie réactualisée, nouvelles approches analytiques, étude des fondements historiques et théoriques et des diverses manifestations de l’écriture polytonale chez des compositeurs aussi différents que peuvent l’être Bach, Liszt, Debussy, Busoni, Satie, Koechlin, Ives, Ravel, Bridge, Foulds, Roslavetz, Bartók, Stravinsky, Szymanowski, Villa-Lobos, Milhaud, Pijper, Goué ou Ginastera, ouverture à la musique de films, au jazz et à la musique extra-européenne.

Compte-rendu de lecture dans la Revue Musicale Suisse

© 2019, Philippe Malhaire