La postmodernité musicale :
état des lieux et perspectives

Colloque international
International conference

Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris
20-21 mars 2020

Comité scientifique
Nicolas Bacri, CRR de Paris
Yves Balmer, CNSMDP, IReMus
Karol Beffa, ENS de Paris
Hélène Cao, CRR de Paris
Philippe Cathé, Sorbonne Université
Philippe Gantchoula, ENM de Paris, CRD Paris-Saclay
Anthony Girard, CRR de Paris, CNSMDP, revue Pour les Sonorités opposées
Philippe Malhaire, Université de Lorraine, revue Pour les Sonorités opposées
Danièle Pistone, professeur émérite Sorbonne Université
Jacques Viret, professeur émérite Université de Strasbourg

Appel à communications
Le mot « postmodernité » apparaît dans les années 1960-1970, notamment mis en exergue par Lyotard ; bien que le terme soit utilisé depuis 50 ans, cela ne signifie pas que ses implications musicales soient bien claires. Bénéficiant à présent d’un certain recul, le moment d’amorcer un bilan autour de cette question est peut-être venu.
Qu’est-ce que la postmodernité musicale ? Qu’est-ce qu’« être postmoderne » ? S’agit-il d’une attitude induisant des processus compositionnels spécifiques ? Force est de constater l’imprécision du concept, tant la réalité esthétique qu’il recouvre est par trop éclectique. Face à la difficulté de définir cette tendance, doit-on la considérer pragmatiquement comme une ère historique formée d’individualités esthétiques ? Auquel cas, comment appréhender la multitude de projets musicaux divers qu’elle définirait ? De nombreux compositeurs en activité assument le qualificatif postmoderne, par réelle conviction ou faute de mieux… Où en est la postmodernité en 2020 ? Les compositeurs d’aujourd’hui et de demain souhaitent-ils s’inscrire dans cette mouvance, se positionner en marge ou bien la dépasser ?
Ce colloque proposera d’étudier la notion de postmodernité autour de deux axes : la compréhension du paradigme postmoderne et une réflexion sur la composition musicale en 2020 : être ou ne pas être postmoderne ? Pour tenter de répondre à ces questions, les communications esthétiques et/ou analytiques pourront discuter la littérature existante, la terminologie, interroger le corpus d’un ou plusieurs compositeurs, etc.
Les communications seront ponctuées par des tables rondes, des discussions avec le public et des moments musicaux mobilisant des étudiants du CRR de Paris.


 

Sample
Sample
Sample
Sample
Sample
Sample

© 2019, Philippe Malhaire